preloader

Justine Petrucci

  • Monday, Mar 9, 2020
blog-image

Découvre le parcours de Justine Petrucci, étudiante au baccalauréat en génie civil :

« Ayant deux frères plus âgés, j’ai été initiée très tôt à des jeux traditionnellement masculins tels que les constructions de type Lego! Ceci a contribué à mon esprit logique! C’est avec mes différents professeurs de mathématiques et de physique des niveaux secondaire et collégial que j’ai accru mon intérêt pour la science. Au cours de ma formation, j’ai eu la chance de participer à des projets qui ont développé mon intérêt pour la résolution de problèmes complexes qui nécessitent plusieurs jours de réflexion, puisqu’on doit se servir de notions apprises non seulement à l’école, dans les cours de science, mais aussi d’habiletés personnelles apprises à la maison ou dans un contexte de travail étudiant. C’est à ce moment que la profession d’ingénieur civil s’est imposée à moi. Je dois également mentionner que le fait que mon père exerce la profession d’ingénieur a participé à éveiller ma curiosité pour le domaine des sciences appliquées et de la gestion de projets d’envergure.

Ce qui m’a amenée à choisir le génie civil, c’est surtout le fait que c’est un génie concret, j’ai la chance d’observer ce que j’apprends en classe tous les jours lorsque je marche dans une ville. Le génie civil me permet aussi, d’une certaine manière, d’être près des communautés, puisque la majorité des projets conçus sont dans l’intérêt du public, qu’il s’agisse d’améliorer le système de transport ou de construire un gymnase pour une école. Quand un projet de génie civil est implanté, il faut s’assurer de son acceptabilité sociale. J’ai aussi l’impression que cette carrière va me permettre de faire partager mes connaissances dans d’autres pays où les services ne sont pas aussi développés qu’au Québec.

J’ai choisi Polytechnique Montréal parce qu’il s’agit d’une université dont la formation d’ingénieur est mondialement reconnue pour être complète et adaptée à l’époque actuelle. Aussi, en étant à Polytechnique, j’avais accès au programme d’échange international, par lequel j’étais fortement interpellée et auquel j’ai eu la chance de participer lors de ma troisième année d’études. À Polytechnique, j’ai également la chance de côtoyer des experts dans des domaines de génie variés.

Ce que je dirais à une étudiante qui hésite à foncer dans une carrière en génie, c’est de ne pas avoir peur d’essayer. Les carrières en génie offrent de nombreuses possibilités parfois méconnues et nous permettent de faire partie de grands projets. Elles offrent aussi la possibilité d’exercer son métier à l’international et d’ainsi contribuer à changer le monde à notre façon.

Pour ma part, les enjeux qui me passionnent le plus sont les enjeux liés à l’eau. Cette matière est très précieuse et, contrairement à ce que l’on pense, disponible en quantité limitée. Les défis associés à la distribution de le l’eau sont non seulement techniques, mais aussi environnementaux et sociaux, puisqu’il s’agit d’une ressource utilisée à plusieurs fins et distribuée inégalement dans le monde. »

« Je fonce pour les sciences parce que je souhaite contribuer à améliorer la gestion de l’eau et faciliter l’accès à l’eau potable pour tous. »