preloader

Mylène Fugère

  • Tuesday, Apr 26, 2022
blog-image

Mylène Fugère a gradué de Polytechnique Montréal en 2005 après avoir complété son parcours en génie chimique. Elle a ensuite fait une maîtrise sur l’intégration de l’analyse de cycle de vie pour l’écoconception de produits manufacturiers au CIRAIG. Elle a travaillé 12 ans pour Éco Entreprises Québec dans le domaine de la récupération et du recyclage d’emballages. Depuis quelques mois, elle est la directrice exécutive de l’Institut de l’ingénierie durable à Polytechnique Montréal : un nouveau projet de formation, de recherche et d’innovation mettant de l’avant la transition vers la carboneutralité et la durabilité. Elle cherche à mobiliser les forces de Polytechnique en durabilité, pour cela elle effectue un travail s’approchant de l’entrepreneuriat. Elle fait aussi du bénévolat dans le milieu communautaire pour l’organisme Nourri-Source Montréal, le soutien des familles étant une cause qui lui tient vraiment à cœur.

Quel accomplissement de carrière la rend la plus fière ?

Clairement les liens qu’elle a tissés tout au long de son parcours avec d’autres professionnelles. Elle est fière d’avoir un réseau de femmes fortes qui s’entraident. Faire ses études à Polytechnique l’a poussé à créer une communauté où elle se sentait soutenue et où elle pouvait aider ses collègues de manière réciproque. Avoir des personnes qui l’entourent, la conseillent et la supportent est un atout de taille dans son quotidien.

Une chose qu’elle aurait aimé savoir en sortant de l'école.

Travaillant dans le domaine de l’environnement, elle aurait aimé être plus consciente et outillée sur le fort penchant politique de ce domaine. Pour pouvoir changer les choses, il faut savoir mobiliser les gens : il est d’une importance capitale d’amener son point de vue d’une manière positive pour convaincre les bonnes personnes. Bien vulgariser les concepts entourant certains problèmes scientifiques, savoir mettre un contexte réaliste et toucher le côté humain de l’ingénierie sont des qualités que Mylène a toujours utilisées dans sa carrière, elle aurait cependant souhaité en avoir appris plus sur le sujet lorsqu’elle était encore aux études. Elle donnerait comme conseil aux étudiantes actuelles de Polytechnique profiter des stages et des opportunités d’emplois en début de carrière pour prendre plus de risques et de foncer.

Quelle qualité d'un leader est la plus importante et comment l'applique-t-elle à son quotidien ?

Mylène prône une approche honnête et transparente du leadership. Créer un climat de franchise et d’authenticité sont des bases primordiales pour gérer une équipe. Que ce soit dans son propre travail ou en observant le succès des autres, elle remarque qu’un leader franc qui met de l’avant le bien-être de ses employés et leurs expériences personnelles amène toujours son équipe vers la prospérité. Ce type climat pousse les gens à exprimer leurs talents, elle se rappelle comment elle s’est sentie propulsée par d’anciens patrons et patronnes qui croyaient en elle et le lui démontrait. Quand on lui demande des figures qui l’inspire, elle nomme Valérie Patreau, une ingénieure spécialisée en innovation durable, qui est maintenant active en politique municipale, mais parle aussi de la fierté qu’elle éprouve envers ses amies et leur réussite.