preloader

Neda Djilali-Saiah

  • Monday, Nov 9, 2020
blog-image

Découvre le parcours de Neda Djilali-Saiah étudiante au baccalauréat en génie chimique :

Femme de pouvoir, femme de carrière, femme libre de ses choix. Devise que ma mère m’inculque depuis aussi longtemps que je me souvienne. Ayant grandi dans un milieu familial plutôt scientifique, j’ai toujours su que
mon avenir était dans les sciences.

Cependant, des carrières de nature scientifique, il y en a plusieurs. Laquelle choisir? « Faire des choix » est une tâche difficile pour moi. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé tôt à découvrir tout plein de métiers. Il existe plusieurs programmes et activités d’immersion à Montréal. Par exemple, je conseille le Projet SEUR de l’UdeM, qui offre différentes thématiques d’immersion professionnelle pendant l’été, ou encore « Les filles et les sciences, un duo électrisant! », qui permet d’entrer en contact avec plusieurs entreprises ainsi que de poser des questions sur le quotidien en tant que scientifique dans la société.

Pour ma part, en participant à plusieurs activités de simulation, j’ai réussi à faire un tri, et décidé de foncer vers le génie… mais, encore là, lequel?
Lors de ma dernière année au cégep, j’ai eu la chance de rencontrer une professeure passionnée par sa matière et toujours à la recherche de connaissances. Elle m’a ouvert les yeux sur le monde qui nous entoure : « La chimie est présente partout ». Autrefois, je le savais. Aujourd’hui, je le vois. En faisant carrière en génie chimique, j’aspire à contrôler les réactions chimiques et les opérations unitaires des entreprises afin d’offrir un monde exempt de menaces contre l’environnement.

Mon esprit analytique m’a beaucoup aidée dans mes engagements scolaires précédents. J’ai pu résoudre divers problèmes économiques en m’impliquant dans le comité étudiant, véhiculer des messages musicaux en faisant partie d’un orchestre à vent, donner aux lecteurs l’envie d’être informés en écrivant dans le journal de l’école, entrer dans la peau de personnages pour communiquer mes idées avec conviction au théâtre, optimiser des stratégies offensives au volleyball, etc. Ces activités m’ont permis de développer diverses habiletés, créant ainsi un profil étroitement relié à celui d’une ingénieure. Et toi, quel est ton profil?

Je souhaite pousser les entreprises canadiennes, voire mondiales, à opter pour des choix plus écoresponsables.