preloader

Victoria Butin

  • Monday, Sep 16, 2019
blog-image

Victoria Butin est diplômé au Baccalauréat en génie aérospatial à Polytechnique Montréal depuis 2019. Elle détient aussi sa licence de pilote privé avion et effectue en ce moment un double-diplôme en ingénierie aéronautique à l’ISAE-Supaéro en France.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Une brève description de la vie au boulot, recherches et implications :
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
«J’ai trouvé ma vocation à l’âge de 15 ans, lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’aviation, puis à prendre des cours de pilotage d’avion. Durant mes études d’ingénierie aérospatiale à Polytechnique Montréal, j’ai eu la chance de rencontrer d’autres mordus d’aviation, avec qui j’ai co-fondé le comité étudiant Polyair, duquel je fus la Présidente durant 3 ans. Ce dernier a pour but de réunir tous les passionnés, tout en leur faisant découvrir les différents aspects du monde aérien (aviation civile, drones, planeur, hydravion…) au travers d’activités découverte, visites, conférences, cours de pilotage etc. Nous invitions les étudiantes aux événements encourageant les jeunes femmes à rejoindre l’aéronautique : si elles sont en trop faible proportion en ingénierie, elles le sont encore plus en pilotage, alors que leur valeur ajoutée en entreprise ou dans les cockpits est inestimable !
J’ai réalisé mon premier stage sur la chaîne d’assemblage de Bombardier, durant la transition avec Airbus, et c’était impressionnant de visualiser les différentes étapes qui aboutissent à la construction d’un avion civile. Mon deuxième stage fut à Polytechnique Montréal dans un laboratoire de recherche qui collabore avec le motoriste Safran. Mon rêve serait de travailler dans les essais en vol d’avions, pour allier mes habilités d’ingénierie et de pilotage, tout en ayant des journées dynamiques qui ne se ressemblent pas.
J’ai toujours trouvé qu’il était important de s’impliquer partout où il était possible d’acquérir de nouvelles compétences pour valoriser son profil. Ainsi, une préparation militaire découverte sur une base d’hélicoptères m’a permis de me découvrir un fort intérêt professionnel pour le domaine militaire. J’ai développé mes aptitudes de leadership principalement à travers deux expériences. La première fut lorsque j’ai rejoint le RRAM (Regroupement Relève AéroMontréal) d’abord en tant qu’ambassadrice de Polytechnique Montréal, en évoluant au poste de porte-parole. La seconde fut lorsque j’ai participé à la Simulation de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale, qui se tient à Montréal chaque année, et qui permet de découvrir le monde de la diplomatie. »
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Un conseil pour une femme désirant poursuivre une carrière en science :
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
«Lorsque tu ne réussis pas à accomplir une tâche, ne te dis pas que tu es ‘nulle’, mais que tu as besoin de plus de temps pour apprendre; puis deviens forte dans ce domaine, et repousse tes limites. Reste curieuse dans tous les secteurs; ne te ferme pas des portes par préjugés, peur de l’échec ou de l’inconnu. »