top of page

Imane Boudaa


Imane Boudaa est d’avis que notre génération est différente : nous allons changer le monde. Passionné de voyage, elle se considère comme citoyenne du monde notamment grâce aux valeurs qui lui ont été inculquées lors de son passage à l’Ecole Internationale de Montréal. Imane débute ses études au HEC en 2016 en technologies de l’information (TI). Dès le début de son parcours universitaire, elle s’implique dans des activités parascolaires entre autre dans le comité Femmes en Affaires, comme VP finances. C’est à ce moment qu’elle expérimente et se situe aux premières loges pour voir les différences qui existent entre les sexes sur le marché du travail dans le milieu des affaires et particulièrement dans les TI. Pendant sa première année, elle met sur pied sa fondation Trône d’enfants. Finissante, elle fait un stage de dernière session à la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec en philanthropie. Son diplôme en mains, elle part voyager dans le monde pendant trois mois à la recherche de ce qui l’anime et de ce qui lui donne le goût de se dépasser.


Pour elle, les TI sont tournées autour du besoin humain, trouver des façons pour améliorer la vie de l’humaine et comment on peut changer le monde. Elle obtient sa première job à la bdc et est aujourd’hui de produits. Un projet qui lui tient à cœur en ce moment est celui de pousser plus de femmes en TI.


Quel accomplissement de carrière la rend la plus fière ?

Sa fondation. Tout ce qu'elle a pu créer, collaborer, pousser avec les autres pour mette la fondation sur pied et tous les projets qui en ont découlé : tout ce qui a pu avoir eu un impact positif sur le monde. Selon elle, Trône d’enfants vend une vision d'un meilleur monde, avec l’argent que la fondation amassent, ils peuvent faire des projets dans les deux éléments phrases au sein de la même fondation. D’un côté, les voyages humanitaires dans les pays du Sud, comme leur plus récent en Colombie. C’est avec des projets comme ça que Imane réalise que tout le travail qu’elle et son équipe font en vaut vraiment la peine. C'est ça qui la pousse à

continuer. Plus récemment, ils ont mis sur pied le Projet Papillon à l’Hôpital Sacré-Coeur dans son unité mère-enfant qui traite du deuil périnatal. Ils s’agit d’un programme réalisé en collaboration avec des écoles primaires ou des enfants de la 5eme et 6eme année du primaire décorent les boîtes qui représentent les joies d’une enfant. Les boîtes sont ensuite remise à la mère et ça lui donne une dose d’espoir. La fondation a une mission axée sur l’enfant, l’éducation et la sécurité, des valeurs qui se passent à travers l’art sans opinion politique ni différences et qui réunit tous d’ici et d’ailleurs.


2. Une chose qu’elle aurait aimé savoir en sortant de l'école.

« Tu peux être ton meilleur allié ou ton pire ennemi. Ne laisse personne éteindre la lumière en toi. Si tu veux de la reconnaissance, n'attends pas à ce que quelqu'un de te le donne. Apprends à te donner une tape toi-même sur le dos. » Elle est d’avis que les femmes sont très humbles et n’osent pas assez foncer et prendre ce qu’elles veulent. Nous n’avons rien à perdre de demander une promotion qu’on croit mériter. Il ne faut pas s’attendre à ce que quelqu’un nous le propose avant de demander, nous n’avons rien à perdre à demander ou de nous féliciter pour ce qu’on fait. Imane souligne qu’il est important de prendre le temps de reconnaître les accomplissements, petits et grands. « Tu n'as rien à perdre : demande la promotion que tu crois mériter, si tu ne dis pas ce que tu veux, tu ne peux pas t'attendre à ce que quelqu'un te le donne sur un plateau d'argent. Ton bonheur ne peut pas dépendre des autres. »


3. La qualité d'un leader qu’elle trouve la plus importante et comment elle l’applique au quotidien.

« Notre génération, on est différent. Pour nous, l'intelligence émotionnelle et le respect de l'autre. L'empathie est la meilleure qualité du leader : comprendre l'envers du décor, écouter la personne et essayer de voir à travers les lunettes de l'autre. Pas juste comme un leader, mais en tant que personne aussi. » Elle se considère comme quelqu'un de passionnée et elle admet qu’elle peut parfois réagir à vif. Elle prend le temps de s’arrêter et de se mettre à la place de l’autre. Ce n’est pas toujours évident, mais c’est important d’essayer, de se remettre en question et de toujours essayer d’être meilleur.

Comments


bottom of page